"Warning, you are using an obsolete browser! You should update it immediately!"

Guide: how to choose your gas canister?

La lampe frontale fait partie des indispensables à avoir dans son sac à dos pour toute sortie outdoor. Son principal avantage comparé aux lampes torches réside dans le fait qu’elle se pose sur la tête et ne nécessite pas d’avoir une main libre pour s’éclairer. Lors d’une randonnée, un trail de nuit ou même en cas d’urgence, la lampe frontale est un accessoire qui vous accompagnera dans bien des situations.

Dans ce guide d’achat, nous verrons les différentes caractéristiques d’une lampe frontale. Vous saurez ensuite comment choisir votre lampe frontale et sur quels critères vous appuyer pour faire ce choix.

Sommaire

1. Les performances d'éclairage

2. Une lampe frontale ergonomique

3. Quelle lampe frontale choisir pour son activité ?

Les performances d’éclairage

C’est le premier critère auquel on pense au moment d’acheter une lampe frontale, les performances en termes d’éclairage. Ces dernières regroupent trois indicateurs : la puissance, la distance d’éclairage et l’autonomie. Ces indicateurs sont calculés avec le protocole ANSI/PLATO FL1. Il est commun à toutes les marques, que ce soit la marque française Petzl, Led Lenser ou encore Black Diamond.

La puissance en lumens

La puissance lumineuse de la LED se mesure en lumens. Les lumens correspondent à la quantité de lumière visible. Pour vulgariser, plus le nombre de lumens est élevé, plus la frontale brille. Cette mesure s’effectue entre 30 secondes et 2 minutes après avoir allumé la lampe et permet de connaître la puissance maximale émise au démarrage de la lampe.

 A savoir : 1 lumen correspond environ à 10 watts.

A partir de là, il convient de choisir la puissance que vous désirez en fonction de l’activité que vous pratiquez. Pour une activité outdoor stationnaire telle que le bivouac ou le camping, une puissance de LED inférieure à 200 lumens suffit. Pour des activités en mouvement telles que le trail, le trek ou l’alpinisme, il est nécessaire d’avoir une lampe frontale plus puissante, telle que la Black Diamond Cosmo 300.

La portée en mètres

Également mesurée à partir du protocole ANSI/PLATO FL1, la portée correspond à la distance maximale entre la lampe et l’endroit où il ne reste plus que 0,25 lux d’éclairement. La mesure se fait à l’allumage de la lampe, avec une batterie ou des piles neuves.
Contrairement à ce qu’on peut penser, les lumens ne déterminent pas la portée d’une lampe frontale. Ce qui va faire que votre frontale éclaire loin ou non, c’est la forme de son faisceau.

Un faisceau large diffuse une lumière homogène et convient à des activités statiques. Un faisceau focalisé, comme le mentionne Petzl, concentre la lumière dans le but d’avoir une vision lointaine. C’est ce type de faisceau qu’il faut pour du vélo, du trail ou du ski de randonnée. Enfin, il y a le faisceau mixte qui, comme son nom l’indique, permet d’avoir à la fois une vision de proximité comme une vision lointaine. C’est idéal pour la trek ou l’alpinisme. La portée dépend donc de la puissance mais également (et surtout) de la forme du faisceau.

A savoir : le lux est différent du lumen. Un lux est l'éclairement d'une surface qui reçoit, d'une manière uniformément répartie, un flux lumineux d'un lumen par mètre carré.


Lorsque vous comparez plusieurs lampes frontales entre elles, il faut donc également regarder la portée. Certaines frontales éclairent à 50 mètres quand d’autres permettent de voir jusqu’à plus de 100 mètres. A vous de juger la portée nécessaire pour votre activité.

L’autonomie en heures

Le troisième indicateur de performance d’éclairage, c’est l’autonomie d’une lampe frontale. Elle se calcule en heures et correspond à la durée pendant laquelle l’éclairage est optimal. L’autonomie se mesure à partir de 30 secondes après l’allumage de la lampe jusqu’à ce que cette dernière atteigne 10 % de la puissance maximale (selon le protocole ANSI/PLATO FL1).

En mode pleine puissance, une lampe frontale se décharge en 2 à 4 heures pour la majorité. Mais certains modèles possèdent une meilleure autonomie. C’est le cas des modèles phares des marques Petzl et Black Diamond avec, respectivement, la Nao+ et l’Icon 700 qui restent actives plus de 6 heures en pleine puissance.

Heureusement, la plupart des modèles d’aujourd’hui sont équipés de régulateur de puissance. Cela permet d’économiser l’énergie de votre lampe frontale. Un mode intermédiaire permet de voir suffisamment loin tout en économisant de l’énergie. Le mode mini a, quant à lui, une très bonne autonomie (plus de 100 heures sur la quasi-totalité des modèles). En revanche, il ne vous permet pas de voir à plus de 10 mètres.

Puis, vous pouvez également retrouver des modes de consommation selon les lampes frontales. En voici trois :

  • Standard Lighting : la puissance d’éclairage diminue au fur et à mesure que la source d’alimentation se décharge, garantissant une autonomie bien plus longue que les quelques heures en mode pleine puissance.
  • Constant Lighting : la puissance lumineuse de la LED reste identique dans un temps prédéterminé. En cas d’intensité maximale, votre frontale peut se décharger très rapidement.
  • Reactiv Lighting : un capteur de luminosité a pour objectif d’adapter l’éclairage en fonction de votre vision. S’il fait sombre, l’éclairage est intense. S’il fait clair, l’éclairage baisse et devient faible. Cela permet également de gagner en autonomie.

Enfin, les grandes marques proposent une réserve d’éclairage. C’est le cas des lampes frontales Petzl ou encore Black Diamond. Cet indicateur ne fait pas partie du standard ANSI FL1. Chaque marque garantit un éclairage minimum permettant de fonctionner à très faible luminosité. Si cela reste insuffisant pour des activités dynamiques telles que le trail ou le bikepacking, c’est très utile notamment en cas d’urgence.

Performances d’éclairage

Une lampe frontale ergonomique

Une lampe frontale ergonomique n’est, ni plus, ni moins, qu’un appareil adapté à vos besoins et à vos conditions. Même si nous avons fait le choix de les classer à part, les performances peuvent donc rentrer dans cette catégorie. Dans cette sous-partie, voici les critères ergonomiques d’une lampe frontale, à différencier des critères de performance.

Quelle source d’alimentation ?

L'un des premiers critères à prendre en compte, outre les performances d’éclairage, c’est le type d’alimentation de la lampe frontale. Il en existe deux : la source d’énergie rechargeable ou non-rechargeable. Chacun dispose de ses propres avantages et inconvénients.

A première vue, la batterie rechargeable par port USB semble plus avantageuse. Elle est moins énergivore et donc à la fois plus écologique et plus économique sur le long terme. Ensuite, elle ne nécessite pas d’avoir un stock de piles toujours à disposition.

Mais la lampe frontale alimentée par piles n’a pas dit son dernier mot. La plupart du temps, ces dernières offrent une meilleure autonomie. Par ailleurs, lors d’une expédition dans des zones sans électricité, les piles peuvent se changer facilement quand recharger une batterie peut s’avérer plus compliqué (à moins d’avoir une batterie externe). Enfin, par temps froid, les piles au Lithium-Ion ont de meilleures performances.

D’une manière générale, les sources d’énergie non rechargeables (piles alcalines) sont à privilégier pour un usage ponctuel. Cela vous évite d’avoir une consommation excessive de piles. Les sources d’énergie rechargeables (batterie) se destinent, quant à elles, à un usage intensif.

Si vous êtes toujours hésitant sur le choix d’une lampe frontale à pile ou à batterie, alors le mieux est d’opter pour un modèle hybride. Les lampes frontales Petzl proposent cette solution pour la plupart de leurs produits. La batterie Petzl Core, qui se recharge via un port USB, est souvent vendue séparément.

Le conseil de Lyophilise & Co : que vous ayez une frontale à pile ou à batterie, avoir un jeu de piles de rechange dans le sac à dos n’est pas trop. Ne pesant que quelques grammes, elles peuvent vous sauver la mise en cas de souci : batterie dysfonctionnante ou premier jeu de piles à plat.


Différents modes d’éclairage et fonctionnalités

Si les premières lampes frontales possédaient qu’un seul mode d’éclairage, cela a désormais changé. Pas toujours très intuitif, il faut bien lire la notice fournie avec la frontale pour s’assurer de bien comprendre son fonctionnement. Voici une liste non-exhaustive des différents modes d’éclairage existants :

  • Mode max : permet d’avoir une vision lointaine mais se décharge rapidement
  • Mode med : pour voir à mi-distance
  • Mode min : permet de voir seulement à proximité et se décharge lentement
  • Mode led rouge : utilisé pour rester discret la nuit ou ne pas éblouir
  • Mode clignotant : avertir les gens autour de vous ou se rendre visible des secours
  • Mode dimming (atténuation) : pour un réglage très précis de la luminosité

En parallèle, les fabricants ne cessent d’innover pour proposer de nouvelles fonctionnalités. Par exemple, de nombreux modèles sont désormais équipés de mode de verrouillage. Cela permet d’éviter que votre lampe s’allume accidentellement dans votre sac à dos et ne se décharge.

Concernant les autres fonctionnalités que vous pouvez retrouver sur une lampe frontale, il y a notamment :

  • Un indicateur led pour prévenir quand la lampe frontale est bientôt déchargée
  • Une mémoire d’intensité jusqu’au prochain allumage
  • Une led à l’arrière du bandeau pour être visible de dos
  • Un réglage de la frontale via une application (telle que MyPetzl Light)

Forcément, plus une frontale est équipée de fonctionnalités, plus il y a de la chance que son prix grimpe. Comme pour tout accessoire, il est recommandé d’investir selon votre degré d’utilisation. Si vous partez en trek une fois par an, il n’est peut-être pas nécessaire d’avoir la lampe frontale multifonction. En revanche, si votre métier vous amène à l’utiliser tous les jours, alors posséder du matériel de qualité et durable dans le temps est conseillé.

L’étanchéité, indispensable ?

En fonction de votre activité, posséder une lampe frontale étanche peut s’avérer pratique voire même nécessaire. On pense notamment aux skippers, aux alpinistes, aux kayakistes ou même aux randonneurs par temps compliqué. Mais alors comment savoir si un équipement est vraiment étanche ?

Il faut lire l’indice IP indiqué sur le packaging si vous achetez en magasin ou sur la fiche produit si vous achetez en ligne. Cet indice classe le degré de protection d’un composant électrique face aux intrusions de corps solides (poussières...) et liquides (eau, huile…). Autrement dit, il est valable pour les lampes frontales Il répond à la norme IEC 60529 et est standard à toutes les marques.

Voici à quoi correspondre les chiffres :

Tableau des indices IP

Ainsi, une lampe frontale avec un indice IPX7 signifie une protection contre la poussière non testée et un équipement étanche à moins d’un mètre de profondeur pendant 30 minutes. Votre frontale peut donc tomber dans une flaque d’eau sans problème. Autre exemple, une lampe frontale avec un indice IP68 veut dire qu’elle est étanche à la poussière et à l’eau.

Dans la majorité des cas, les frontales sont au minimum IPX4. Vous pouvez donc les utiliser par temps pluvieux et même recevoir des projections d’eau, sans qu’il n’y ait de risque que les composants court-circuitent.

La légèreté pour plus de confort

Au moment de faire le sac à dos pour une activité outdoor, le poids est la principale problématique du randonneur comme de l’ultra traileur ou de l’alpiniste (avec l’encombrement). Le but est d’avoir le sac à dos le plus léger possible afin de retarder au maximum l’apparition de la fatigue.

Certes, la lampe frontale n’est pas l’accessoire le plus lourd. Mais c’est quand même possible de gagner de précieux grammes. Pour faire simple, plus une frontale a de fonctionnalités et de réglages, plus elle est lourde. De ce fait, rien ne sert d’opter pour l’équipement dernier cri si vous n’utilisez qu’une seule fonctionnalité.

Par ailleurs, le bandeau peut également jouer sur le poids. Certains modèles sont équipés d’un bandeau fin. En plus de jouer sur le confort (car plus aéré, donc moins de transpiration), il a également l’avantage d’être plus léger. Mais il peut avoir l’inconvénient de moins tenir sur votre tête. A vous de tester, puis juger !

Quelle lampe frontale choisir pour son activité ?

Découvrez quelle lampe frontale choisir en fonction de votre activité outdoor. Il s’agit de simples préconisations, chacun ayant des besoins différents.

La lampe frontale idéale pour randonner

S’agissant d’une activité peu dynamique, il n’est pas nécessaire d’avoir une grosse portée. Mais il faut quand même avoir une bonne vision, que ça soit de prêt pour savoir où vous marcher ou de loin pour savoir où vous vous diriger. Un faisceau mixte est donc idéal.

Lors d’un trek, le poids est très important. Les modèles allant de 30 à plus 100 grammes, nous vous recommandons une lampe frontale avec une portée de plus de 50 mètres tout en étant la plus légère possible. La lampe frontale Petzl Bindi est un bon choix.

La lampe frontale à choisir pour un bivouac ou du camping

Si vous ne bougez pas de votre campement la nuit, alors il n’est pas nécessaire d’avoir une lampe frontale puissante. Un faisceau large pour une vision homogène est adapté à cette activité outdoor. Cela permet d’avoir une bonne vision de proximité.

En termes de lumens, une puissance lumineuse de 200 lumens est largement suffisante. La Black Diamond Spot Lite 200 permet de voir jusqu’à 60 mètres en mode pleine puissance. C’est bien assez et vous pouvez la régler sur un mode moins puissant afin d’avoir une meilleure autonomie.

Bien choisir sa lampe frontale pour un ultra-trail

Ces courses en pleine nature se déroulent en partie la nuit. C’est le cas notamment de l’UTMB (Ultra-Trail du Mont-Blanc). Avoir une lampe frontale n’est pas simplement préconisée, c’est indispensable. A moins que vous préfériez courir avec une lampe torche. Mais ce n’est pas pratique, avouons-le.

Comme pour le randonneur, l’ultra-traileur est à la recherche d’un modèle léger. La lampe frontale Petzl Zipka pèse seulement 66 grammes. Avec une portée de 65 mètres, elle permet de voir suffisamment loin lorsqu’on court. L’autre avantage de ce modèle concerne son bandeau. Il s’agit d’un enrouleur à fil auto-ajustable. C’est moins contraignant qu’un bandeau classique.

La lampe frontale idéale pour de la voile

Pour une course au large ou une simple croisière, la lampe frontale idéale en mer doit être étanche. En plus des projections d’eau, il n’est pas impossible que de l’eau rentre dans votre poche alors que vous y avez entreposé votre frontale. Il est donc recommandé d’opter pour une lampe frontale étanche IPX7 minimum.

Concernant la puissance et la portée, il n’est pas nécessaire d’avoir une frontale puissante. Elle vous sert principalement pour avoir une vision de proximité. Voir à plus de 100 mètres n’a que peu d’utilité quand on se trouve au milieu de l’océan.

Enfin, le dernier critère concerne l’alimentation. Une lampe frontale à batterie est plus adaptée. C’est à la fois plus écologique et plus économique. Sachant qu’un navigateur a de l’électricité sur son bateau, il n’est pas difficile de recharger la lampe.

Bien choisir sa lampe frontale pour du bikepacking

Cette activité outdoor a la cote ces derniers temps. Synonyme de liberté, cela consiste à voyager en vélo avec tout le matériel nécessaire pour vivre. Cela comprend donc le matériel de couchage (tente, matelas…) mais également des petits équipements tels que la lampe frontale.

Cette activité de plein air étant dynamique, il est conseillé d’avoir une lampe frontale puissante avec une longue portée (au moins 60 mètres). Cela concerne généralement des modèles de minimum 300 lumens.

Au niveau des fonctionnalités, il peut être intéressant d’avoir un clignotant à l’arrière du bandeau pour être visible de dos, comme le propose la Petzl Iko. Son bandeau hydrophobe est également un atout puisqu’il permet d’éviter d’éponger la sueur.

Lampe frontale Petzl Iko

En résumé

Ce guide d’achat vous permet maintenant de bien choisir votre lampe frontale pour vos activités outdoor. Pour rappel, une bonne lampe frontale est un savant mélange de performances et d’ergonomie. Si la portée et l’autonomie sont des critères essentiels, l’étanchéité et les modes de réglage ajoutent de la polyvalence à votre lampe frontale. Il ne faut donc pas les négliger.